Réduire le bruit provenant de l’extérieur est au moins aussi important que son confort thermique. Le bruit de la pluie est le principal désagrément acoustique que les personnes ont à subir surtout lorsqu’elles sont endormies et malheureusement la couverture du toit n’offre pas de quoi pallier à cette gêne. L’isolation acoustique devient donc essentielle pour éviter d’avoir à subir cela surtout si vous envisagez d’aménager les combles et que vous souhaitez y installer une chambre à coucher.

D’où proviennent les différents bruits au niveau des combles ?

Avant de connaître les solutions qui s’offrent à vous pour réduire les bruits, il est important de cerner leur provenance car en fonction de celle-ci vous saurez vers quelle solution vous orienter. On distingue d’une part les bruits d’impact comme cela peut être le cas lorsque la pluie ou la grêle heurte votre toit. D’autre part, il existe les bruits dits aériens qui sont dus à l’environnement dans lequel se situe votre habitation comme les bruits provenant du trafic automobile, d’une activité industrielle ou des avions.

Que dit la réglementation au sujet des performances acoustiques d’une habitation ?

Aucun seuil de performance acoustique pour isoler l’habitation des bruits extérieurs n’est imposé pour les habitations construites antérieurement à 1995 bien qu’une réglementation datant de 1969 fasse mention de seuils de performance phonique à atteindre notamment au niveau du plancher et des cloisons. Les habitations construites après 1995 doivent quant à elles assurer une isolation phonique d’au moins 30 dB et ce en faisant en sorte d’empêcher les bruits de pénétrer l’habitation tout en empêchant que les bruits provenant de l’habitation ne parviennent à l’extérieur.

Quelles sont les solutions d’isolation envisageables pour réduire les bruits dans les combles ?

Vous pouvez penser à l’isolation de la toiture par l’extérieur aussi appelée Sarking. Cette solution assez coûteuse à mettre en œuvre (car elle implique la réfection intégrale de la toiture) permet de réduire aussi bien les bruits d’impact que les bruits aériens. Cette méthode d’isolation est de plus très efficace pour optimiser l’isolation thermique et renforcer l’étanchéité à l’air (assurée par une membrane pare-vapeur) qui à son tour contribue à réduire les nuisances sonores. Grâce à la pose d’un écran de sous-toiture, les combles sont en outre protégés des infiltrations en tout genre comme ceux de la pluie et de la poussière.

Une isolation épaisse à l’aide de laines minérales (laine de roche ou laine de verre) permettra aussi de diminuer les nuisances sonores car ces laines sont connues pour leurs performances acoustiques appréciables. Si vos combles sont déjà aménagés, vous pouvez réduire les bruits en mettant en œuvre un renforcement des cloisons et des parois.

Quelles solutions au niveau des fenêtres pour réduire le bruit de la pluie sur le toit ?

Certaines entreprises dont la plus connue est Velux développent des fenêtres de toit capables de réduire significativement les bruits des impacts et les bruits aériens. Il s’agit en fait d’un double vitrage dont la couche extérieure est plus épaisse de façon à faire barrage aux bruits extérieurs. Ce type de fenêtres permet de ramener l’ensemble des nuisances sonores en provenance de l’extérieur à 48 dB ce qui est en-dessous des 50 dB qui correspondent au seuil acoustique de réveil. Pour rappel, le double vitrage comporte deux vitres séparées par une lame d’air ou de gaz inerte (le plus souvent c’est de l’argon). Pour avoir de bonnes performances acoustiques, l’idéal serait de choisir une fenêtre dont l’épaisseur de la lame d’air ou de gaz inerte est de 16 mm.

Comment connaître les performances de l’isolation phonique ?

La réglementation thermique qui impose aux logements nouvellement construits d’atteindre certains niveaux de performances thermiques est bien connue des particuliers mais il existe aussi une réglementation similaire pour les performances acoustiques. L’unité de référence pour le calcul des bruits est le décibel symbolisé par (db). Il existe de plus trois paramètres essentiels qui permettent de connaître les performances acoustiques d’un matériau isolant. Tout d’abord l’indice d’efficacité aux bruits est symbolisé par ΔLw renseigne sur l’efficacité d’un isolant face aux bruits d’impact. Un indice élevé indique des performances élevées. Le coefficient de d’absorption acoustique est quant à lui symbolisé par αw et se mesure entre 0 et 1. Ce paramètre indique dans quelle mesure l’isolant peut absorber un bruit et il convient de choisir un isolant dont l’absorption acoustique se rapproche le plus de 1. Enfin, l’affaiblissement acoustique dont le symbole est Rw renseigne sur les performances du matériau isolant face aux bruits aériens.