L’épaisseur de l’isolant est l’un des points les plus importants dans l’isolation des combles, en particulier si ceux-ci sont perdus. Une épaisseur bien choisie permet d’avoir des performances thermiques optimales et d’être en accord avec les exigences de la RT2012. Certains paramètres de l’isolant ainsi que ces exigences de la RT2012 permettent d’orienter le choix vers telle ou telle épaisseur.

Quelles sont les exigences de la RT2012 pour des combles perdus ?

Les combles sont particulièrement soumis aux déperditions énergétiques et cela est d’autant plus vrai si ces combles ne sont pas aménagés, car cela implique forcément l’absence de chauffage. On estime que les combles sont à l’origine de 30% des déperditions thermiques de l’habitation.

Si vos combles sont définitivement perdus, autrement dit, vous ne prévoyez pas de les aménager dans un futur proche, n’hésitez pas à ajouter des épaisseurs si vous souhaitez atteindre des performances thermiques élevées car cela n’empiètera pas sur l’espace habitable de vos combles.

La RT2012 exige une résistance thermique de 8m².K/W au minimum dans le cas d’une construction neuve.

En rénovation, les combles aménagés doivent atteindre une résistance thermique de 6 m².K/W tandis que les combles perdus doivent atteindre une résistance thermique de 7 m².K/W (telles sont les performances qui permettent d’avoir droit au crédit d’impôt).

Pour atteindre ces performances, différentes épaisseurs d’isolant peuvent être nécessaires et ce, en fonction de la conductivité thermique de votre isolant.

Plus la conductivité thermique est faible et moins vous aurez besoin d’une épaisseur importante pour atteindre les performances que vous visez.

Vous pouvez mettre en place l’épaisseur nécessaire pour atteindre les performances exigées par la RT2012 ou bien viser des performances plus élevées dans le but de réduire davantage les factures liées au chauffage.

Pour que votre isolation soit performante, il est indispensable que l’étanchéité à l’air soit garantie grâce à une membrane pare-vapeur dont la mise en place est par ailleurs préconisée par le CSTB.

Quelle épaisseur pour l’isolant ?

Il est préconisé de déposer deux couches différentes d’isolant qui seront croisées de façon à limiter autant que possible les ponts thermiques. La première couche est mise en place sans nécessiter d’accessoires de fixation. Elle est à déposer directement au niveau de l’endroit à isoler. La seconde couche est quant à elle, vissée à la charpente. La conductivité thermique d’un isolant est généralement comprise entre 0.03 et 0.04 et si on prend la moyenne, autrement dit, une conductivité thermique de 0.035.

Il serait nécessaire de mettre en place une épaisseur d’isolant comprise entre 160 et 220 mm voire plus si vous voulez atteindre des performances thermiques supérieures.

Pour les charpentes dites industrielles, l’isolant est posé entre les fermettes et en dessous de ces dernières. Il est préférable d’opter pour un isolant semi-rigide, car il a une bien meilleure résistance au tassement. Il vous est aussi possible d’opter pour des isolants en vrac qui sont projetés soit à l’aide d’une machine ou bien manuellement.

Cette solution est plus souvent mise en œuvre dans le cas des combles perdus car ils sont difficiles d’accès ce qui rend compliquée la mise en place de rouleaux d’isolants.

Les panneaux rigides sont en outre une autre option possible dans le cas de combles perdus mais cette solution perd de plus en plus de terrain face aux laines minérales car celles-ci offrent de très bonnes performances acoustiques.

De plus, certains panneaux rigides libèrent des fumées toxiques lorsqu’ils s’enflamment.

Dans le cadre d’une rénovation, il est conseillé d’effectuer un bilan thermique avec l’aide d’un professionnel avant d’entamer les travaux d’isolation. Ce bilan renseigne sur les déperditions thermiques des combles et permet de connaître les options envisageables pour réduire ces déperditions au maximum.

Si vous voulez bénéficier d’aides pour avoir droit au crédit d’impôt ou à d’autres aides financières, votre isolation doit être effectuée par un professionnel RGE (reconnu garant de l’environnement).

Source image