Lorsqu’on isole des combles perdus, aucun recoin ne doit être laissé et cela comprend aussi les solives si vous avez une charpente traditionnelle. Les solives peuvent être retrouvées au niveau du plancher ou du plafond et dans un cas comme dans l’autre, la technique de pose est la même aussi bien en neuf qu’en rénovation. Les solives qui sont des éléments le plus souvent en bois contribuent, s’ils sont bien isolés, à accroître les performances thermiques de l’habitation. Voici donc ce qu’il faut retenir pour bien les isoler.

Quelques préalables avant d’entamer l’isolation

Si vous avez un plafond avec des plaques de plâtre positionnés sur des solives (combles perdus avec plafond suspendu), il convient avant toute chose de mettre en place un pare-vapeur. Cet élément n’est pas systématiquement indispensable puisqu’il doit être mis en place dans le cas où l’aération des combles est mauvaise voire inexistante.

Les pare-vapeur sont à placer juste avant les plaques de plâtre. Cette membrane fine peut être mise en place en toute simplicité grâce à un adhésif double-face. La mise en place d’un pare-vapeur assure une étanchéité à l’air et est préconisée par le CSTB. Sinon il convient de garder à l’esprit que le pare-vapeur doit être positionné du côté de l’espace à chauffer.

Le plancher étant en contact direct avec l’espace à chauffer de l’habitation doit, de préférence et si cela est possible, être isolé en premier. Pourra alors s’ensuivre l’isolation de la toiture.

Comment procéder à l’isolation entre les solives

Il vous faudra mettre en place votre isolant semi-rigide en rouleaux entre les solives en prenant soin de choisir une épaisseur équivalente à celle des solives. Lorsque vous procédez à l’isolation, les rouleaux d’isolants ne doivent pas être mis au-dessus des solives mais entre elles. Il est conseillé d’opter pour la laine de verre. Cet isolant qui est le plus utilisé en France offre une bonne durabilité, permet de ralentir la progression du feu et a de très bonnes qualités isolantes.

Grâce à sa performance, il permet d’obtenir des résistances thermiques élevées même avec de faibles épaisseurs.

En fonction de la conductivité thermique de votre isolant et de l’épaisseur des solives, il pourrait être utile d’ajouter une seconde couche d’isolant pour atteindre la résistance thermique conseillée par la RT2012. La seconde couche doit être croisée par rapport à la première dans le but d’optimiser les performances thermiques de l’isolant. Les rouleaux de laine de verre comportent le plus souvent un pare-vapeur sur l’une des faces. Ce pare-vapeur doit être retiré (avec un cutter par exemple) avant que la seconde couche ne soit déposée.