GUIDE ISOLATION : comment procéder à l'isolation phonique des combles ?

Les bruits extérieurs sont un véritable facteur de stress qui nuit au bien-être dans une habitation.

L’isolation phonique a toute son importance dans des endroits exposés aux nuisances sonores comme les habitations situées à proximité de gares ou d’aéroports. Qu’ils soient aménagés ou perdus, les combles sont soumis comme le reste de l’habitation à ces bruits incommodants et doivent donc être isolés pour ne pas propager le bruit vers les autres pièces.

Comment connaître le degré d’exposition d’une habitation aux bruits ?

niveau bruit habitation

Il existe une classification en 5 catégories des bâtiments (classification en accord avec la réglementation européenne) en fonction des bruits dus aux infrastructures de transport terrestre (autoroutes, routes nationales et départementales, voies de chemin de fer, etc.).

Il faut savoir que les transports sont à l’origine de 80% des bruits dans l’environnement d’une habitation.

La catégorie 1 correspond au niveau sonore le plus élevé qui est de 81 dB (l’environnement est déjà qualifié de très bruyant pour un niveau sonore dépassant les 70 dB). Connaître le niveau d’exposition aux bruits vous aidera à connaître les corrections à apporter en vous appuyant sur la NRA (Nouvelle Réglementation acoustique).

Les habitations soumises à cette classification doivent réduire les bruits aériens de 30 à 45 dB en fonction de l’intensité du bruit. Seul le décibel et non le décibel A est retenu comme unité de mesure.

La NRA concerne les habitations dont le permis de construire a été délivré après le 1er janvier 1996.

Cette réglementation distingue d’une part les maisons indépendantes et d’autre part les maisons mitoyennes, jumelées et en bande. Les premières sont tenues de réduire les bruits aériens extérieurs uniquement. Les secondes sont tenues de réduire les bruits aériens extérieurs ainsi que les bruits qui peuvent être transmis d’une maison à une autre.

La NRA exige aussi entre autres que le niveau sonore maximal des bruits d’impact soit de 65 dB.

Nécessité d’un diagnostic acoustique

diagnostique acoustique

En rénovation, il est important de faire appel à un acousticien. Sa tâche consistera dans un premier temps à repérer les différentes nuisances sonores auxquelles est soumise l’habitation (bruits extérieurs ou intérieurs, d’impact ou aériens) et détecter leur provenance.

Il devra ensuite déterminer le mode de transmission des bruits. Les bruits aériens se propagent par l’air et les cloisons tandis que les bruits de choc ou d’impact se propagent par vibration dans la structure de l’habitation (on dit qu’il s’agit d’une transmission latérale).

La troisième chose à faire consiste à connaître l’intensité des bruits environnants et dans quelle mesure vous souhaitez les atténuer. C’est en s’appuyant sur ces deux informations que l’acousticien pourra vous recommander des solutions appropriées d’isolation phonique.

Les solutions sont multiples en matière d’isolation acoustique (on n’utilise par exemple pas les mêmes isolants contre les bruits d’impact ou les bruits aériens) et à chaque habitation sa solution, notamment en fonction des matériaux de construction utilisés.

Pour des bâtiments anciens, il est à noter qu’il n’existe pas de réglementation quant aux performances à respecter.

Rien ne vous empêche ceci dit de vous référer aux exigences de la NRA pour les habitations neuves.

Connaître l’effet masse-ressort-masse pour optimiser l’isolation acoustique des combles

effet masse ressort isolation acoustique

Ce type de système isolant est une savante combinaison de légèreté et de performance acoustique. Cela consiste à intercaler entre deux parois solides, une couche plus souple qui va reprendre les vibrations de la première paroi pour les absorber et ainsi les transmettre de façon atténuée à la seconde paroi.

À travers les différents systèmes isolants, c’est ce principe là qu’on cherchera à mettre en application.

Les différentes solutions d’isolation phonique

isolation toiture par exterieur

Le Sarking ou l’isolation de la toiture par l’extérieur se révèle être très efficace contre les bruits aériens car il s’appuie sur l’effet masse-ressort-masse. En assurant également une étanchéité à l’air, cette méthode d’isolation réduit efficacement ces bruits aériens. Cette méthode est tout de même assez coûteuse.

Les bruits aériens et d’impact peuvent être réduits grâce à la création d’un faux-plafond.

La technique s’appuie aussi sur l’effet masse-effet-masse car elle consiste à insérer un isolant fibreux au niveau du plafond et à ajouter des plaques de plâtre. Le tout est maintenu à l’aide d’une ossature métallique.

Ne négligez pas de vérifier les performances phoniques de l’isolant pour savoir sur quel type de bruit il agit.

Pour empêcher les bruits produits à l’intérieur des combles de sortir, il est important de veiller à isoler le plancher. La pose d’un parquet flottant ou d’une moquette peuvent faire l’affaire.

Vous pouvez également penser à la mise en place d’une dalle flottante désolidarisée des murs. Cette solution peut être complexe à mettre en oeuvre et nécessite une hauteur sous-plafond importante. La mise en place d’une chape sèche est une solution beaucoup plus simple et rapide à mettre en oeuvre. Elle est appropriée en rénovation mais peut aussi être utilisée dans le neuf.

Les points à vérifier lors de l’isolation phonique

isolation phonique sous combles

Comme pour l’isolation thermique, la qualité de l’isolation phonique joue un rôle important dans sa performance. Il faut ainsi veiller à s’assurer que l’air n’a pas la possibilité de passer à travers les fenêtres ou les portes par exemple.

L’isolation phonique doit être homogène en tout point des combles, sans quoi, tout le bruit va s’introduire par une fissure même petite.

L’isolation acoustique peut toujours être couplée à des équipements spécifiques au niveau des combles afin de réduire davantage les nuisances sonores.

devis combles

devis travaux combles