L’isolation des combles sert autant à garantir le confort thermique des occupants de l’habitation durant l’hiver que durant l’été y compris lorsque les fortes chaleurs commencent à se manifester et que l’atmosphère sous le toit devient étouffante. Pour rafraîchir une pièce sous les toits, vous pouvez bien sûr mettre en application les recommandations en cas de forte chaleur mais cela ne suffit pas car au vu de l’impact négatif que cela risque d’avoir sur votre confort et sur votre santé, il est important de s’attaquer au problème par l’isolation de la chaleur de la toiture et ce, en utilisant les matériaux et les méthodes appropriés. Nous verrons aussi que les fenêtres ont leur rôle à jouer pour maximiser le confort thermique en toute saison.

Quel matériau isolant choisir pour isoler sa toiture ?

Notion de déphasage

En matière d’isolation du toit, on traitera de la notion de déphasage essentielle pour savoir dans quelle mesure un matériau isolant peut retarder l’entrée du froid ou de la chaleur au sein de l’habitation. On peut aussi dire qu’il sert à mesurer le retard de la pénétration de la chaleur est du froid dû à la présence du matériau isolant. Plus ce déphasage est élevé et plus on peut considérer que le matériau isolant est performant. Au contraire, un matériau isolant qui ne « déphase pas » est de piètre qualité car il laissera pénétrer chaleur et froid. Vous aurez donc compris que le déphasage joue un rôle crucial dans la réduction de la chaleur sous la toiture. On peut parler d’un bon déphasage s’il est de 8 heures. Dans une région particulièrement chaude, il convient de choisir un matériau ayant un déphasage compris entre 10 et 12 heures ce qui est le cas de la ouate de cellulose mais pas forcément des laines minérales. Il est ainsi plus simple de choisir le meilleur isolant contre la chaleur pour sa toiture.

Qu’est-ce qui peut favoriser le déphasage ?

Un matériau qui a une densité élevée (la densité est le poids par volume et s’exprime en kg/m3) va avoir un déphasage plus important. Dans une maison à ossature en bois, il est encore plus important d’opter pour des matériaux à densité élevée car cette ossature a initialement une assez mauvaise isolation. La laine de bois, la laine de roche et la perlite expansée sont les trois isolants qui possèdent la densité la plus importante.

Mais ce n’est pas tout car il existe aussi la capacité thermique propre à chaque matériau. Plus cette capacité thermique est importante, plus le pouvoir isolant du matériau est important et donc il sera moins sensible aux variations de températures à l’extérieur. À titre d’exemple, la ouate de cellulose possède une capacité thermique trois fois plus importante que celle de la laine de verre et donnera, de ce fait, lieu à un déphasage plus important. La laine de verre est plus efficace pour limiter les déperditions thermiques de l’habitation que pour empêcher la chaleur d’y pénétrer. La laine de bois a en revanche une capacité thermique assez élevée.

Résistance thermique et conductivité thermique

La conductivité thermique désigne la capacité d’un isolant à conduire la chaleur. Son symbole est λ et cette mesure doit être aussi petite que possible pour que le pouvoir isolant d’un matériau donné soit optimal. C’est aussi sur cet indicateur qu’on s’appuie pour déterminer l’épaisseur nécessaire de l’isolation. On se fixe une résistance thermique donnée. On peut choisir celle imposée par la RT2012 et qui diffère en fonction de la nature des combles et selon que les travaux d’isolation soient effectués en neuf ou en rénovation, comme on peut opter pour une résistance thermique plus élevée. La résistance thermique détermine la résistance aux infiltrations de froid et de chaleur qu’oppose le matériau isolant. L’épaisseur en mètres s’obtient alors en multipliant la résistance thermique par la conductivité thermique d’un matériau donné.

Les différents matériaux utilisables

La laine de bois et la ouate de cellulose ont pour avantage d’être des matériaux naturels et de présenter une densité importante. La conductivité thermique de chacun de ces deux matériaux est de 0.04. La laine de chanvre est également un matériau naturel mais sa densité est moins élevée. La laine de roche a quant à elle un très bon rapport qualité/prix au vu de ses performances thermiques mais elle s’avère moins efficace pour empêcher la pénétration de la chaleur que pour faire barrière au froid. Le Polystyrène et le polyuréthane ont de bonnes performances thermiques mais ils libèrent des émanations toxiques en cas d’incendie.

Comment optimiser son isolation pour empêcher la pénétration de la chaleur à vos combles ?

La création d’un faux-plafond est le système qui permet le mieux de repousser la chaleur et ainsi de pouvoir vivre sous les toits et ce, grâce au vide créé entre l’ancien plafond et le nouveau plafond. Ce dernier permet à l’air de circuler au sein de l’isolant. Pour que l’isolation soit maximale, il est indispensable de déposer l’isolant en deux couches croisées. Une première couche est déposée entre les chevrons dans le sens vertical et une seconde couche vient se poser sur cette dernière dans le sens horizontal. Après quoi, les plaques de plâtre qui constituent le faux-plafond sont fixées à l’ossature. L’isolation des murs et des cloisons par l’extérieur permet de maximiser le déphasage dans la mesure où les matériaux isolants s’opposeront directement à la pénétration de la chaleur. Chose que l’isolation des murs et des cloisons par l’intérieur n’apporte pas.

Que faire au niveau des fenêtres pour réduire la chaleur sous le toit ?

La ventilation assure bien évidemment le renouvellement de l’air et laisse pénétrer la fraîcheur et la lumière. N’hésitez pas à choisir une fenêtre de grande dimension pour maximiser l’aération. Une protection, et donc une isolation contre le chaud du soleil matérialisée par des stores ou des volets sera également la bienvenue. Le type d’ouverture a aussi son rôle à jouer pour le confort thermique des combles. Une fenêtre à l’italienne permet à la fenêtre de s’ouvrir vers l’extérieur par sa partie inférieure et vers l’intérieur par sa partie supérieure. Cela lui permet d’éviter la pénétration de la chaleur. Il existe en outre des fenêtres à contrôle solaire permettant ainsi de freiner une grande partie de la chaleur reçue.